Un cycle de conférences

Entre Lille, Arras et Cambrai

A partir du mois d'août 2017, les secteurs de Lille, Arras et Cambrai proposent un cycle de conférences sur le thème de la Grande Guerre et la construction de la paix, dans le but de préparer le grand rassemblement international du mois d'avril 2018.
Chaque cycle a débuté avec une conférence d'ouverture en mars-avril 2017 et propose dès la rentrée de 2017 deux conférences par mois en différents lieux.

À Lille, Séminaire

Le 22 février 2018, à partir de 20 h, Dominique Foyer présentera de nouveau sa conférence sur le thème : "Guerre juste et/ou guerre sainte" au Séminaire de Lille.

"Au moment de la déclaration de guerre de 1914, les théologiens français – spécialement les moralistes – se trouvèrent confrontés à la nécessité de donner une appréciation théologique au conflit qui commençait. La théorie classique de la « guerre juste » (Thomas d’Aquin, Vitoria, Alphonse de Ligori, Ballerini, Billot, etc) fondée sur une prise en compte de la nécessité de se défendre contre un agresseur injuste,  se présentait tout naturellement. Mais pouvait-elle s’appliquer sans hésitation  en la circonstance ? Qui était l’agresseur injuste ? Chacun des camps en présence pouvait revendiquer son bon droit… De plus, d’autres théories théologiques pouvaient être invoquées en puisant aux racines bibliques de la notion de « guerre sainte ». Certains envisageaient même une interprétation sacrificielle  voire mystique de la guerre et de ses horreurs. Cependant, dans l’enseignement ordinaire des facultés de théologie et des grands séminaires, aucune interprétation théologique ne semblait s’imposer nettement. Si on ajoute à cela les tentatives du Pape Benoît XV pour faire arrêter la guerre, sans désigner formellement un agresseur ou une victime, et les débats dont la presse catholique a retenti, on peut comprendre le désarroi des théologiens et donc aussi celui des pasteurs, évêques en tête."

Entrée libre
Télécharger l'affiche ici


Message d'information : la conférence prévue le 16 février sur le thème "Et le Belges dans tout ça…" est reportée au 9 mai au Château-Ferme de Macon (Belgique) à partir de 18h. 

Merci à tous pour votre compréhension.


À la villa Pasques, La Capelle

Au mois de mars 2018, les conférences du cycle de Cambrai se déplacent dans l'Aisne, à la villa Pasques de La Capelle. La première aura lieu le 9 mars sur le thème "Les paysans et la guerre" et sera donnée par Philippe Tabary, à partir de 18 h.

"Souvent présentée -et à raison- comme la principale victime de la Grande Guerre, ce qui est logique au regard de son poids dans la France économique de l’époque, la paysannerie française est sortie broyée des 52 mois de conflit : plus de la moitié des 1,4 million de morts, des 600 000 invalides, des 600 000 veuves, des orphelins, des invalides, des blessés à un titre ou à un autre (et souvent à plusieurs successivement), des centaines de milliers d’hectares perdus, parmi les plus fertiles, la chute du prix de la terre suite à l’abandon de milliers et de milliers de fermes, le massacre du bétail et la destruction des récoltes par l’Occupant dans le nord et l’est du pays, le pillage systématique des champs et des forêts, les privations, la négation systématique de leurs valeurs les plus sacrées -à tous égards- ont marqué à jamais une paysannerie qui, victime des progrès fulgurants mais mal anticipés et si mal maîtrisés de l’art de la guerre, allait l’être tout autant de ceux de l’économie et du mode de vie. A la Grande Guerre qui anticipa à leurs yeux la fin du monde succéda l’Armistice qui allait s‘avérer la fin d’un monde à jamais révolu…"

Entrée libre 
Télécharger l'affiche ici

À Lille, Séminaire

Le 15 mars 2018, à partir de 20 h, Daniel Moulinet interviendra au Séminaire de Lille sur le thème "L'Église, la guerre et la paix".

"« Plus jamais la guerre, laissez tomber les armes de vos mains. » Cet appel de Paul VI à l’O.N.U., le 4 octobre 1965, n’a rien perdu de sa force ni de son actualité. Cependant, au long des siècles, l’Église a été affrontée à la guerre. Il lui a fallu composer entre le principe d’amour évangélique et les dures réalités. Après avoir rappelé comment la théorie chrétienne de “la guerre juste” s’est imposée dans son discours depuis la fin de l’Antiquité jusqu’au XIXe siècle, nous verrons comment la confrontation aux deux guerres mondiales a remis en cause cette position, ce qui s’est exprimé dans l’encyclique de Jean XXIII Pacem in terris et dans la constitution Gaudium et spes du concile Vatican II."

Entrée libre
Télécharger l'affiche ici